< Retour à la liste

Le premier groupement de vidéoprotection de la Haute-Savoie inauguré à Faverges-Seythenex

Ce 30 avril 2019 s’est déroulée à Faverges-Seythenex l’inauguration du premier groupement de vidéoprotection de la Haute-Savoie. Ce groupement réunit les onze communes qui se sont associées pour mettre en place ensemble, sur chacun de leur territoire,  la vidéoprotection : Dingy-Saint-Clair, Doussard, Faverges-Seythenex, La Clusaz, Lathuile, Le Grand-Bornand, Menthon-Saint-Bernard, Sevrier, Thônes, Val de Chaise et Veyrier-du-lac.

Une démarche de renforcement de la sécurité des personnes et des biens, accompagnée par l’Etat présent aux côtés des communes avec un financement de près de 57% sur la partie maillage du territoire demandé par la gendarmerie.

Pour Marcel Cattaneo, maire de Faverges-Seythenex, la question de la tranquillité publique est « une priorité pour permettre aux habitants de vivre correctement ensemble ». Et pour profiter des espaces publics en toute sérénité, il existe « des clés dans notre capacité collective à améliorer la situation :

– Que les acteurs de la vie sociale travaillent ensemble, Etat avec la gendarmerie, les communes avec les polices municipales, l’ensemble des services publics de proximité.

– Il faut également montrer une attention significative à l’humain, à l’éducation, aux conditions de vie des citoyens. Dans ce domaine, un projet comme Fabric’Arts est déterminant, dans sa capacité à déployer auprès des jeunes notamment des découvertes, enrichissements, partages. L’action des associations est toute autant déterminante, de même que le travail des enseignants, éducateurs… dans l’accompagnement des habitants et des familles.

– Sur le volet dissuasion, la vidéoprotection pour un territoire étendu comme celui de Faverges-Seythenex semble pertinente, tout comme l’apport qu’elle peut constituer pour accompagner les forces de gendarmerie dans la recherche de résolution d’enquêtes.

Dans son allocution, Pierre Lambert, Préfet de la Haute-Savoie, soulignait l’importance de la vidéoprotection comme outil au service de la sécurité, dans le respect de la liberté publique « absolument garantie ». Il mettait également en évidence le bien-fondé du groupement qui, sur la méthode de travail, de consultation, de portage et de financement, permet aux communes d’offrir un même dispositif cohérent, en lien avec les forces de gendarmerie. Il a salué le travail assumé par Antoine de Menthon, maire de Menthon, et coordonnateur du groupement de commande, ce dernier insistant en retour sur l’engagement fort de l’Etat aux côtés des communes signataires du groupement.