< Retour à la liste

Incendie, le point au 27 juillet

Un très important incendie, survenu dans la nuit du 23 juillet, a causé des dégâts de grande ampleur au centre-ville de Faverges, dans un quartier ancien et historique. L’engagement des sapeurs-pompiers a été déterminant pour contenir au maximum l’étendue du sinistre, celui des élus et des services municipaux mobilisés dès les premières heures d’intervention également. Fort heureusement, aucune victime n’est à déplorer mais les dégâts matériels sont conséquents, et l’impact sur les familles sinistrées très important.

27 personnes évacuées en urgence la première nuit, 17 appartements et un restaurant détruits, 12 personnes à reloger dans 7 logements… Les habitants de ce secteur ancien au pied du château ont connu une nuit très éprouvante. L’action des 70 sapeurs-pompiers, venus de Haute-Savoie et de Savoie a été déterminante. Trois échelles aériennes, cinq fourgons incendie, douze lances ont été déployés. L’intervention des pompiers est restée permanente sur plusieurs jours, tant le foyer était intense et les menaces de reprises réelles.
La surveillance systématique a été levée ce 27 juillet. Des veilles sont toutefois entreprises régulièrement pour surveiller la zone.

Cellule de crise
Plusieurs réunions ont eu lieu en mairie de Faverges-Seythenex, avec les forces de secours et d’incendie, la gendarmerie, les élus et services municipaux. Le maire de Faverges-Seythenex a interrompu ses congés et est rentré en urgence dès le 24 juillet après-midi.
Une enquête de gendarmerie est en cours pour déterminer les causes de l’incendie. Pour la sécurité publique, un arrêté municipal a défini un périmètre de sécurité autour des bâtiments sinistrés. Un arrêté de péril imminent a été pris par le maire le 25 juillet. En effet, certains des bâtiments touchés présentaient des dangers attestés par les services de secours et d’incendie et les experts missionnés sur le sinistre. Une purge des façades a été entreprise le 25 juillet en fin d’après-midi et s’est poursuivie jusqu’au début de soirée.
Un deuxième arrêté de péril imminent vient d’être pris le 26 juillet, en raison des modifications que continuent de subir les bâtiments.

Solidarité
L’énergie des services municipaux (services techniques, police municipale, CCAS…) est aujourd’hui orientée vers deux objectifs : la sécurisation de l’espace public et des habitants et la recherche, avec les victimes qui en ont besoin, de solutions de relogements ou d’accompagnement. Le CCAS peut ainsi accepter les dons en chèque et fera part des besoins identifiés pour les personnes qui seront relogées dès que possible.
Un élan s’organise également, autour d’initiatives privées portées par des citoyens et bénévoles, avec notamment une cagnotte solidaire et des appels aux dons matériels. Bühlertal, la ville jumelle allemande, se lance également dans cet élan et organise une action «Aide pour Faverges».

Côté pratique
Dès les premières heures du sinistre, une déviation pour accéder à la route de Tamié a été mise en place uniquement pour les véhicules légers, les rues empruntées étant vraiment très étroites. Une autre déviation plus générale par Albertville a été mise en place, pour l’ensemble des véhicules et tout particulièrement pour les véhicules de plus de 3,5 tonnes.
Aujourd’hui, la circulation sur la route de Tamié est possible pour tous les véhicules dans le sens de la montée. Sur la descente, elle n’est autorisée que pour les véhicules légers et demeure interdite aux véhicules de plus 3,5 tonnes.
Au centre-ville, la rue Tissot-Dupont et la rue Nicolas Blanc sont toujours interdites sur la portion impactée par le sinistre.